Sélectionner une page
Sur fond noir apparaît une dame de dos, visiblement âgée. Ses bras le long du corps, on devine deux autres mains tenir le manteau noir avec lequel elle est habillée. Un tapis rouge au sol, et une table devant elle.

Entre les deux épaules

D’après « Traces de vie » d’Alice Rivaz

Du 2 au 5 mai 2019 Théâtre du Galpon, Genève

En résonance avec le journal Traces de vie d’Alice Rivaz, Caroline de Cornière rassemble des impressions pour traverser avec tendresse et délicatesse les traces de vie que le corps porte et qui imprègnent les gestes. Dans un trio à la dimension poétique, elle poursuit l’exploration de thèmes qui lui sont chers : le travail du temps sur le corps, la place du quotidien dans le chorégraphique et le lien entre les générations.

Entre les deux épaules, là où le souffle naît, là où les émotions dictent leur rythme à notre coeur. Depuis là, comment transformer les peurs, les fragilités et les stigmates de la vieillesse en lucidité joyeuse et douce ? Comment partager l’élan du corps et l’éternelle jeunesse du regard, l’envie de danser ?

Le sentiment du bonheur me fut donné en même temps qu’une reconnaissance éperdue d’être vivant, ressentie parfois comme un poids délicieux, une chaleur, une présence, dans la gorge et les poumons. 

DISTRIBUTION

Conception et chorégraphie Caroline de Cornière
Dramaturgie et assistante Paola Pagani
Interprétation Caroline de Cornière, Rosangela Gramoni
Figurant Michel Di Mauro
Création lumière Frédérique Jarabo
Création sonore Fernando de Miguel
Scénographie Cédric Loutan
Création costume Aline Courvoisier
Assistante mis en scène Bérénice Fischer
Production et diffusion Anna Ladeira – Le Voisin

Une femme vêtue de noir, sur fond noir, avance vers nous, les bras rigide, vers l'avant. La lumière dévoile les partis nues de son corps comme le visage, les bras et les pieds